Senseï

cheminCertains de mes élèves ont pris l'habitude de m'appeler senseï.

D'abord amusé j'ai pris le temps de sentir ce que je ressentais lorsque l'on utilisait ce mot tellement chargé de sens pour moi.

A l'amusement et l'étonnement a succédé un léger inconfort. S'agissait-il d'une affectueuse moquerie, de la mécompréhension de ce que ce mot veut dire ou s'agissait-il d'un choix délibéré venant alors pour moi comme une forme de reconnaissance. Oh, non pas de reconnaissance pour moi en tant que personne mais plutôt reconnaissance de la relation qui nous lie dans notre cheminement.

Le mot senseï peut être traduit par "celui qui était là avant moi, qui est garant du savoir et de l'expérience d'une technique ou d'un savoir-faire". Jusque là rien d'extraordinaire pour tout qui ne pratique pas d'art martial.

Dans Wikipedia on ajoute: "Dans son utilisation habituelle, il est utilisé pour s'adresser a un professeur ou enseignant ou encore à un médecin et pour s'adresser à un artiste reconnu. La traduction française courante du terme est maître". Là cela devient déjà plus conséquent.

Il est clair qu'il y a du respect dans le terme de senseï, et pour moi il ne s'agit pas du respect qui est acquis par le simple fait de monter sur un tatami avec le label de "professeur" d'aïkido. D'autres avant moi ont écrit que senseï implique d'avoir une expérience directe et personnelle, des compétences avérées et une sagesse acquise avec le temps. C'est cela qu'implique le fait d'être pour quelqu'un "celui qui était sur le chemin avant moi".

C'est également un lien avec tous ceux qui nous ont précédé.

A côté du respect il y a aussi quelque chose qui relève de l'obligation: celle de guider la génération suivante, d'en être en quelque sorte le mentor.

Le senseï ne se définit que dans sa relation avec ses deshi (élèves), une relation où doit régner respect mutuel, confiance et générosité pour traverser les inévitables périodes de difficulté ou de doute.

Être depuis plus longtemps en chemin (le Do) c'est aussi rester conscient qu'on reste un compagnon sur la Voie engagé comme tous dans cette démarche de développement mutuel. La destination n'est jamais atteinte, la réalisation est sous nos pas.

Et le fait d'être avant quelqu'un d'autre ne veut pas dire qu'on y est!