Métro, centrage, présence à soi

 

metro_bruxellesLa bouche de métro avale goulument les navetteurs. Les corps se frôlent, les regards se perdent dans la foule qui bruisse des grésillements s’échappant des casques de lecteurs MP3.

Je suis le flux des gens qui s’éclate lorsqu’il s’agit de choisir la direction de destination et le quai qui lui correspond. Envie de hâter le pas histoire d’attraper la rame qui peut être est déjà là qui m’attend. L’escalator continue de se dérouler à son allure de sénateur et je tente de gagner quelques mètres en dépassant les navetteurs immobilisés sur leur marche de métal. Arrivé sur le quai, déception de ne pas voir le métro espéré m’accueillant à portes ouvertes. Regard à gauche puis à droite, coup d’œil sur l’indicateur qui représente la ligne de métro pointillée de lumières qui s’allument pour indiquer la position des rames. 2 lumières éteintes : 3 minutes d’attente. Regards soutenu sur l’indicateur puis sur le quai pour trouver la meilleure place. J’observe les voyageurs, je scrute l’horloge, je n’existe plus que dans l’attente de cette rame qui n’en finit pas de ne pas venir.

S T O P !!!

Respiration ample, relâchement des épaules, le regard se décrispe, l’attention donne du mou : je suis ici, maintenant ! La rame n’existe pas, pas encore tandis que moi je peux redevenir présent dans la conscience d’être, d’exister, de respirer, de vibrer. Sensations plus précises dans le corps : la tension de la lanière du sac en bandoulière, chaleur des pieds dans les chaussures, vent chaud de la station, odeurs mélangées laissées par les voisins de quai. Le centrage opère et transforme ma réalité.

Soudain le temps ..

se relâche, .. il s’élargit et avec lui l’espace. Quelle différence, une expérience totalement différente : le stress de l’attente s’est muté en présence et offre un moment de méditation qui devient précieux.

La rame peut venir, je suis à nouveau dans le flux, les portes s’ouvrent et je glisse dans le flot, le mouvement n’altère pas la présence, il l’enrichit.

« L’important n’est pas de rester centré mais bien de remarquer lorsque je ne le suis pas et d’y revenir »

la porte d'ascenceur

ascenceur0 Vivre dans la présence, du moins le plus possible.

En tout cas saisir chaque instant que la vie offre pour revenir à soi et s'ouvrir à ce qui se présente. Je rentre dans cet ascenceur, me retourne appuie sur le bouton du cinquième étage et regarde le couloir et la rue en attendant que la porte se ferme.

J'utilise ce moment pour revenir dans mon centre ce qui a pour effet d'amplifier mon acuité sensorielle à tout événement pouvant se produire.

La porte se ferme me coupant de la vue et j'ai cette sensation de perte. Une porte qui se ferme n'est-ce pas une opportunité perdue, un choix qui se dérobe?

Et lorsque l'ascenceur se met en mouvement et s'élève je prends conscience que si cette porte ne s'était pas fermée je n'aurais pas pu m'élever pour aller là où je voulais aller. Etrange sensation que cette prise de conscience que cette sensation quasi-désagréable de perdre une opportunité par cette porte qui se ferme soit le point de départ pour autre chose, ce que je veux, pour déboucher sur une autre porte que je ne vois pas encore et qui s'ouvrira ...  le moment venu!