Aikido Communication à la Foire du Livre de Bruxelles 2017

L’Aïkido Communication sera présentée à la Foire du Livre de Bruxelles

Animation:
Atelier de présentation de l’aïkido Communication
le 9 mars à 16 heures, atelier ouvert à tous.

Rencontre et dédicace:
Plusieurs séances de rencontre et de dédicace seront également proposées au stade de l’éditeur Chronique Sociale, éditeurs Rhône-Alpes (stand 236):

Un art de vivre inspiré de l’art martial non-violent qu’est l’Aïkido.

Gestion des conflits, mieux-être, surmonter les crises, nouvelles formes de leadership, de gestion d’équipe, coaching, médiation, éducation

Se permettre d’être bienveillant sans être naïf, dans le respect de soi et des autres.

Le complément idéal des approches telles que la Communication Non-Violente (CNV)

Décrypter la sagesse de l’aïkido

Et s’il était possible de s’imprégner de la sagesse de l’aïkido dès le premier mouvement ?
Ce n’est pas tous les jours qu’un livre parait qui parle d’aïkido. Il ne s’agit pas d’un manuel technique, ce livre aborde l’aïkido appliqué à notre vie au quotidien hors du tatami.
Ce n’est pas tous les jours qu’un livre tente une réflexion innovante sur un art martial qui reste discret de par l’absence de compétition.
Ce n’est pas tous les jours qu’un livre prend le risque de questionner votre vision de l’aikido.

La pratique de l’aikido n’implique pas automatiquement que l’on puisse l’appliquer dans notre vie.
Dans cet article, je vous présente 6 raisons de lire le livre  « Ne cessez pas d’être gentils soyez forts » qui présente l’AikiCom (Aikido Communication), une approche de bienveillance martiale.
Des clés pour vivre, communiquer, gérer les conflits et contribuer à un monde meilleur en appliquant au quotidien la sagesse de l’aïkido.

Clé #1: Vivre en paix, dans le respect des autres mais aussi de soi

paixBeaucoup ont déjà tenté de vivre en harmonie, d’être zen et tolérant. Mais le monde peut être dur voire cruel. Dans un environnement difficile où chacun doit se faire une place, les manifestations de bienveillance sont vite considérées comme de la faiblesse.

Lorsque tout va bien, pas de problème pour vivre dans l’ouverture, le respect. C’est lorsque les relations se tendent, lorsque le différent éclate que tout se joue et que l’on peut voir de quelle bienveillance on se chauffe! 
Dans la polémique celui qui est conciliant peut être amené à des concessions alors que l’autre qui reste ferme n’en fait aucune. Lorsque cela va trop loin, nous éclatons et basculons dans la dispute ou la rupture.

C’est dans ces moments que nous nous rendons compte qu’il faut être fort pour rester dans l’ouverture et le dialogue. C’est cette idée de bienveillance martiale que présente le livre « Ne cessez pas d’être gentils, soyez forts ».

Clé #2: La force qu’apporte la pratique de l’aïkido

bruceL’idée de force nous fait imaginer des archétype herculéens, des samouraïs inflexibles dégainant leur katana à la vitesse de l’éclair, des Bruce Lee vifs, gentils avant d’être provoqués mais impitoyables après. Ce n’est pas cette force là qu’apporte la pratique de l’aïkido. Il s’agit de la force née de la présence, du centrage et de la verticalité. L’AïkiCom vous propose des modèles pragmatiques pour comprendre ce qui donne cette force que vous pouvez appliquer au quotidien.

 

Clé #3: Une clé pour décrypter la sagesse de l’aïkido

clefCelles et ceux qui ont la chance d’avoir quelques années de pratique ont mémorisé dans leur corps les principes de l’aïkido. Cette in-corporation est cependant cryptée et sans clé pour en décoder la sagesse, nous pouvons pratiquer des années sans prendre la mesure de la richesse née de cette pratique. L’AïkiCom est une clé. Il y en a d’autres mais celle-ci a déjà été testée sur des centaines de personnes, dans des dojos, en formation et en coaching. Et la bonne nouvelle, c’est qu’avec cette clé, nous pouvons gagner beaucoup de temps.

Si l’excellence technique nécessite de nombreuses années de pratique intensive et appliquée, ce n’est pas le cas de l’intégration des principes aïki dans notre quotidien si nous pratiquons dans la conscience.

Clé #4: Changer sa vie avec l’aïkido

toriiQue vous pratiquiez l’aïkido depuis quelques jours ou depuis plusieurs années, vous n’avez pas franchi la porte d’un dojo d’aïkido par hasard. Séduit par la dimension esthétique de l’aïkido, par sa philosophie ou tout simplement par l’envie d’une pratique physique saine, il n’y a pas de bonne ou de mauvaise motivation pour monter sur un tatami. Nous pouvons pratiquer l’aïkido comme un hobby, comme nous le ferions pour tout autre sport ou art martial. Mais nous pouvons pratiquer l’aïkido comme une école de vie. Dans ce cas il serait bon de dépasser le stade des slogans et de voir comment notre pratique change dans les faits, dans notre état d’esprit.

Tant que nous maintenons le clivage tatami - vie, nous vivons notre pratique de paix et d’harmonie puis nous enfilons notre costume pour nous empoigner avec la vie et nous battre contre les autres. L’AïkiCom propose des stratégies pour gagner sans écraser même en dehors du tatami. La vie devient alors un dojo où nous pouvons nous entraîner du matin au soir.

Clé #5: L’Aïkido, un chemin vers la bienveillance

L’AïkiCom veut révéler la modernité d’une pensée orientale devenue universelle et propose une solution pour faciliter le passage d’un monde individualiste et mécaniste à un univers où tout est relié. Comment devenir fort par le centrage, comment recevoir l’énergie des interactions avec les autres pour transformer le conflit en dialogue constructif ?

Ce livre vous invite à suivre le sentier des guerriers bienveillants qui osent l’aventure d’être bien avec soi et avec les autres.

Clé #6: L’ AïkiCom pour apprendre à communiquer avec l’aïkido

communiquer-ensembleLa rencontre de plus de quarante années de pratique de l’aikido avec plus de vingt années de recherche dans le domaine de la communication et du changement personnel ont donné naissance à l’AïkiCom. Ikkyo, shihonage n’aident pas à mieux vivre et mieux communiquer, mais ces techniques recèlent les fondements d’une communication saine avec soi et avec les autres.

Passionné par la PNL et principalement la modélisation qui identifie les caractéristiques des comportements d’excellence, j’ai entrepris de « modéliser la pratique de l’aïkido » afin d’identifier ce qui, dans l’aïkido, permet à certains de véritablement vivre différemment. Il ne s’agit donc pas d’identifier les techniques les plus efficaces pour le combat mais plutôt de repérer les gestes et les principes qui nous font vivre dans l’esprit de l’aïkido tel que son fondateur, Morihei Ueshiba, l’a voulu: dans une recherche d’harmonie et de bienveillance sans perdre la dimension martiale.


Le livre « Ne cessez pas d’être gentils, soyez forts » présente les principes de l’AïkiCom qui est le fruit de cette modélisation. Vous trouverez plus d’infos sur ce livre sur http://www.aikicom.eu

Eloge de la gentillesse

Je découvre ce jour le blog intitulé "Eloge de la gentillesse", voilà une initiative qui s'accorde tellement bien avec l'esprit AïkiCom que je ne pouvais manquer d'y faire référence même si je ne l'ai pas encore parcouru en entier. On y trouve des infos sur le livre éponyme écrit par Emmanuel Jaffelin, l'auteur du blog. Lisez l'article paru dans le journal "Le Monde" à propos de la gentillesse. on y rencontre la coïnicidence de cette gentillesse, "cette capacité d'abaisser son moi pour s'autoriser une brève allégeance" qui est source de plaisir parce qu'il nous permet de "faire l'expérience du détachement de soi et d'y repérer un nouveau pouvoir". En assimilant la gentille à une forme de "nouvelle chevalerie" Jaffelin vient à la rencontre de la martialité du guerrier de bienveillance que cherche à développer en nous l'AïkiCom Quatrième de couverture du livre d'Emmanuel Jaffelin:

Méprisée par l’élite et les intellectuels, la gentillesse est aujourd’hui reléguée au rang des petites vertus. Son histoire est celle d’un discrédit : née dans la noblesse romaine, dénigrée dans le christianisme, réhabilitée à la Renaissance, elle s’étiole comme une fleur fanée dans la démocratie marchande. Emmanuel Jaffelin démonte les rouages de cette histoire contrariée et montre que la gentillesse est une vertu postmoderne. Entre sagesse et sainteté, elle offre aux hommes une morale praticable au quotidien et fondatrice d’un nouveau rapport à l’autre. Vertu caressante, véritable libido voluptatis, la gentillesse forge une morale pour notre temps, une morale à portée de main dont les petits gestes peuvent déployer de grands effets et préfigurer l’avènement d’un nouveau gentilhomme.