Le recadrage en 6 pas

Rédigé le 25 novembre 2010 par Christian Vanhenten

Une technique PNL classique construite autour la notion d'intention positive. Le travail consiste à trouver des comportements nouveaux qui satisfont cette intention positive

Deux personnes, un acteur et un sujet, à tour de rôle, de 20 à 40 minutes par tour (peut aussi se pratiquer seul, avec son dialogue intérieur).

1) identifier le comportement-problème ou qui représente une difficulté; donner un nom à ce comportement

2) demander à la partie de lui-même responsable de la difficulté si elle est d’accord pour communiquer;

  • faire établir par le sujet un signal oui/non avec cette partie (prendre conscience de ce qui se passe en lui au moment où il pose la question: image, son, sensation).
  • Si la partie responsable est d’accord, le sujet lui demande de le signifier en augmentant le signal, si elle n’est pas d’accord pour communiquer le sujet lui demande de diminuer ce signal.
  • Si la réponse est oui, le praticien demande au sujet de remercier cette partie de lui-même pour sa coopération.
  • Si la réponse est non, des démarches particulières peuvent être entreprise par le praticien (hors cadre du présent texte).

3) demander à la partie responsable de la difficulté de faire part de son intention lorsqu’elle produit le comportement non désiré.

  • Il s’agit de bien séparer le comportement de l’intention et d’amener le sujet à reconnaitre cette partie de lui comme une alliée, une amie et non quelque chose de négatif dont il voudrait se débarrasser.
  • Le travail consiste à faire accepter au sujet l’intention positive qui lui est révélée. Cette information doit souvent être traduite à partir d’une sensation, d’une image, d’une perception que le sujet commente et interprête;
  • Le praticien peut également faire réfléchir le sujet dans le cadre du “comme si” ( si vous étiez à la place de cette partie, que voudriez vous obtenir en agissant de la sorte, compte tenu de l’aspect positif de l’intention ?).
  • Le praticien suggère au sujet de remercier la partie responsable de la difficulté pour sa collaboration.

4) entrer en contact avec la partie créative qui existe en chacun de nous, et lui demander de proposer à la partie responsable de la difficulté au moins trois alternatives au comportement non désiré.

  • Ces alternatives doivent répondre à la même intention que le comportement non désiré pour que la partie responsable de ce dernier puisse accepter de les essayer.
  • Ces nouveaux choix peuvent s’effectuer à l’insu du conscient, si c’est le cas, rappeler que ces parties travaillent pour être plus efficaces, et suggérer de vérifier que le contact est bien établi puis que la partie responsable de la difficulté a bien reçu le message de la partie créative.
  • remercier la partie créative

5) entrer en contact avec la partie responsable de la difficulté

  • lui demander de contrôler les alternatives que la partie créative lui a proposées
  • en retenir de une à trois qui satisfassent ses intentions aussi bien que le comportement non désiré.
  • l'inviter à faire savoir avec le signal oui/non si elle est d’accord pour essayer ces nouveaux comportements,
  • si oui, remercier la partie de sa collaboration, si non, négocier un nombre d’essais ou une limite dans le temps.

6) étape de vérification.

  • prendre tout le temps nécessaire pour vérifier que ces alternatives sont acceptées non seulement par la partie responsable du comportement non désiré, mais aussi par les autres parties de lui-même.
  • vérifier s’il existe en lui quelque chose qui s’oppose à la mise en place de ces nouveaux comportements.
  • Si une objection apparait, revenir à l’étape 3 et parcourir à nouveau le processus.
  • Si plusieurs objections apparaissent, faire une négociation entre toutes ces objections
  • Si aucun objection, remercier toutes ces parties qui ont accepté de collaborer.
linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram