When performance meets alignment

A compass for coaching and mentoring

Jan Ardui & Peter Wrycza, PhD

Il est des livres que l’on découvre et qui vous font vibrer. Au fil des pages, le contenu correspond tellement à ce que l’on pense, la communion d’idées est telle que l’on en viendrait presque à en vouloir aux auteurs d’avoir écrit ce que l’on aurait voulu écrire.

Jan Ardui et Peter Wrycza nous proposent un livre en anglais qui aborde un sujet qui cadre complètement avec la démarche méta-PNL.

Il nous arrive parfois de vivre des choses étranges, d’étranges coïncidences. Nous avons le choix de les voir soit sous l’angle de mystérieuses coïncidences soit avec un regard rationaliste qui démonte les faits avec tout ce que la logique peut compter de froideur. Les auteurs nous proposent une voie du milieu entre pensée magique et rationalité pure. Cette voie passe par la prise de conscience de la « voie du déploiement » (Way of Unfolding).

Nous sommes des êtres vivants connectés à des patterns qui nous dépassent et dont nous faisons partie. Notre vie a aussi ses patterns. Elle se développe à sa manière. Si nous développons notre aptitude à détecter le flux d’évolution de ces patterns, nous pouvons mieux appréhender le déroulement des événements et nous aligner avec les patterns profonds de nos vies … ou décider de nager contre le courant et vivre la vie comme un combat épuisant.

Cette vision des choses illustre à sa manière la prière de Marc Aurèle :

Que la force me soit donnée de supporter ce qui ne peut être changé
et le courage de changer ce qui peut l'être
mais aussi la sagesse de distinguer l'un de l'autre.

C’est en développant cette forme de conscience qui nous permet d’être sensible à ces patterns profonds que nous pouvons nous aligner avec leur rythme. Dans cette conscience, notre volonté n’est pas une force d’opposition mais bien un élément de cette évolution des patterns de la chorégraphie de la vie.

En identifiant les forces de changement et de stabilité nous développons notre capacité d’apprentissage qui nous permet de mieux gérer les changements futurs. Lorsque nos apprentissages gagnent en profondeur, les transformations s’opèrent à un autre niveau. On parle alors de croissance ou de développement. Ardui et Wrycza font une claire distinction entre changement dans un cadre d’apprentissage et évolution dans un cadre de croissance personnelle. Si nous pouvons décider d’apprendre, la croissance, elle, n’est pas le fruit de notre volonté. Nous pouvons favoriser les conditions de notre croissance, nous mettre en état de l’accueillir mais nous ne pouvons pas la forcer à venir. Les auteurs regrettent que de nombreuses approches de changement – parmi lesquelles la PNL – confondent trop souvent les niveaux d’apprentissage et de croissance personnelle. Selon les auteurs, ces approches produisent le meilleur effet lorsqu’elles opèrent au niveau du changement comportemental en supportant l’apprentissage et la croissance. Cela se produit lorsque l’intervenant a la sensibilité nécessaire pour percevoir le contexte du comportement dans le contexte global des patterns de vie de la personne.

Comment gérer le changement, comment en faire la source de nos apprentissages et ainsi préparer le terrain de notre croissance personnelle. C’est le sujet de ce livre qui se développe au fil des pages et nous offre des descriptions des aptitudes à développer pour inscrire notre développement personnel dans la chorégraphie de la vie.

Il n’est pas possible de résumer en quelques lignes le contenu de cet ouvrage aussi ai-je fais le choix de centrer mon propos sur la triade « Connaissant - Connu - Connaître » qui peut être considérée comme la clé de voûte de l’approche du développement personnel développée par Ardui et Wrycza.

Notre processus d’apprentissage – notre « connaître » - est au cœur de notre être. Son déploiement conditionne notre devenir. Il est à la base de notre développement personnel. Comme toutes les grandes vérités il contient en lui les germes de son contraire. En effet, le « connaître » engendre le « connu » qui devient tellement présent qu’il peut nous faire oublier qui nous sommes. Ce sera le cas lorsque le « connu » masquera le « connaissant » -notre identité- en créant des pseudo-identités auxquelles nous nous identifions.

Illustrons ce ci par un exemple. Une personne qui apprend à conduire, découvre et répète les gestes à exécuter pour piloter son véhicule. Au fil de son apprentissage, sa maîtrise augmente et une nouvelle pseudo-identité se développe. Elle s’appellera ici « conducteur ». Il suffit de rouler dans nos villes et sur nos routes pour constater combien cette pseudo-identité peut devenir une réalité pour certaines personnes dès qu’elles sont au volant. Leurs réactions, leurs valeurs changent complètement. Elles se comportent comme des personnes totalement autres et semblent déconnectées de qui elles sont vraiment.

Ardui et Wrycza  identifient et décrivent  les clés de la maîtrise personnelle qui nous aident à nous connecter aux patterns de notre vie et à nous aligner avec les patterns plus vastes dans lesquels nous évoluons. Ces clés sont l’attention, la réflexion, le dicernement et l’implication. Chacune de ces clés est décrite avec une grande finesse en faisant usage assez systématique d’une décomposition en triade. Ainsi par exemple l’attention prend forme par la présence, l’attention bienveillante (caring) et la focalisation.
Alors que les aptitudes ordinaires ont plutôt tendance à rapprocher le « Connaître » du « Connu », ces0 clés de la maîtrise personnelle tendent à rapprocher le « Connaissant » du « Connaître » et établissent un pont entre notre intériorité et notre action dans le monde.

Les auteurs conclueront leur ouvrage en se penchant sur le « pattern qui connecte » cher à Bateson. A tous les niveaux de notre existence nous séparons et nous mettons en relation. Réconcilier les différence pour recontacter la vie à sa potentielle unité est l’apport majeur du travail au niveau des patterns. C’est loin d’être un luxe, c’est la clé pour résoudre à un niveau logique supérieur les contradictions inévitables qui naissent lorsque nous créons des distinctions inappropriées.

Ce livre est une formidable synthèse, une analyse qui nous reconnecte à des patterns rencontrés ici et là, tantôt dans la poésie, tantôt dans la science et plus particulièrement les sciences cognitives, tantôt dans les religions et systèmes philosophiques, tantôt dans les cultures du monde entier.

Ardui et Wrycza nous offrent un assemblage concentré. Certains liens paraissent tantôt comme simplistes, tantôt comme le fruit d’une réflexion extrêmement élaborée ce qui me fait voir cet ouvrage comme une présentation ouvrant un débat et où les auteurs ébauchent des pistes qui alimenteront les discussions.

L’ombre de Gregory Bateson plane à toutes les pages et place d’emblée cet ouvrage dans la veine des « Vers une Ecologie de l’esprit » et autres « Nature et pensée ».

L’erreur serait à mon avis de prendre le contenu présenté par les auteurs comme une nouvelle base de connaissance ou source de référence. Ce serait oublier que cette connaissance n’est qu’un des trois éléments de la triade « Connaissant - Connu - Connaître ». Il faut la compléter des deux autres éléments pour que ce livre prenne tout son sens. C’est la raison pour laquelle se livre ne se livre pas au lecteur en première lecture. Comme les livres de Bateson, il est dense, fouillé et nécessite d’activer notre « connaître » pour nous interpeller dans notre « connaisseur ».

Je conseille donc vivement la lecture de ce livre en soulignant qu’il est écrit dans un anglais que je qualifierais d’élaboré et donc pas à la portée de tous.

Christian Vanhenten

Top linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram