Pleine Conscience Aïki, de quoi s'agit-il?

L’aïkido, vous connaissez? Art martial japonais non-violent qui utilise l’énergie de l’attaque plutôt que de s’y opposer et ainsi alimenter la spirale de la violence, l’aïkido est une véritable philosophie de vie.

aikido chute projectionLa pratique de l’aïkido, comme la plupart des arts martiaux, exige d’être en bonne condition physique. Nombreux sont ceux qui sont intéressés par les enseignements de cet art martial mais sont réticents à l’idée de s’inscrire dans un dojo d’aïkido. Qu’ils aient découvert l’aïkido sur le tard ou n’aient pas (ou plus) la condition physique adéquate pour une pratique régulière, bien souvent, ce qu’ils appréhendent, c’est l’idée de devoir exécuter ces chutes si spectaculaires à observer mais dont ils redoutent les effets sur leur corps.

Heureusement, il est possible d’envisager une pratique plus douce qui va dans le sens d’une recherche de sensation, de finesse de perception ouvrant la porte à un aïkido qui devient un apprentissage corporel d’un art de vivre.

La pratique de l’aïkido telle qu’on la rencontre dans la plupart des dojos n’est pas incompatible avec cette recherche. L’essentiel est de savoir ce que l’on recherche. Pour beaucoup, la pratique de l’aïkido répond à un autre besoin, celui d’une pratique physique intense et entière, une recherche de perfection de geste, une esthétique du mouvement qui joue la corde de l’exhibition au sens étymologique de montrer, d’exhiber à la vue. C’est dans ce contexte que la chute trouve sa pleine pertinence. La chute, de par sa dimension  spectaculaire montre ce que la pratique de l’aïkido ne peut pas montrer. C’est la vitrine de l’aïkido, le point d’orgue du mouvement circulaire amplifié par le hakama, ce pantalon noir, large qui donne cette élégance particulière à l’aïkidoka.

Dès lors que la pratique de l’aïkido se désintéresse de cette dimension d’exhibition, elle peut aisément se passer de la chute. La recherche ne vise plus à démontrer mais à découvrir et cette exploration est personnelle même si elle se pratique à deux. C’est là sans doute la richesse de l’aïkido sans chute. Elle recentre le pratiquant sur son cheminement mais le maintient dans l’interaction. Le travail à deux est en effet le garant du délicat équilibre entre art martial interne et externe. La recherche reste connectée à la martialité mais le combat n’est plus au centre. Il est le cadre, l’origine, le contexte. il doit rester présent sous peine de transformer la pratique en une danse où ne subsiste que la dimension esthétique mais n’a plus besoin de s’imposer.

L’aïkido sans chute, n’est peut-être plus vraiment de l’aïkido (c’est du moins ce qu’avancent les partisans de l’aïkido pratiqué couramment) mais il reste éminemment Aïki.

aikido sans chute aikicomIl est Aïki dans sa recherche des principes et de l’esprit qui sous-tendent l’art martial créé par Morihei Ueshiba. S’il s’inscrit résolument en dehors d’une pratique d’aïkido « sportive », il reste inscrit dans le mouvement et l’étude du geste.

La finalité de l’aïkido n’est pas l’apprentissage des techniques et ne l’a jamais été (même si souvent on se demande si certains aïkidokas ne confondent pas fins et moyens). Avec l’aïkido sans chute, il n’y a plus de technique, il y a le geste qui met en mouvement les principes.
C’est justement parce qu’il est libéré du canevas technique que l’aiki sans chute peut aller au coeur de la pratique. Sans passage de grade, la progression est personnelle, elle s’opère à l’abri des regards extérieurs même si le geste en est le reflet.

A lire aussi:

 
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bienveillance Martiale
AïkiCom
Meta PNL
PNL
linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram