AïkiCom et les 4 éléments

Une vidéo qui vous présente les 4 éléments découverts lors d'une formation "embodiment" dirigée par Mark Walsh.

Les 4 éléments, c'est l'air, la terre, l'eau et le feu. Chacun de ces éléments traduisent des qualités comme des défauts pour des tempéraments-types.

Cette vidéo les explore et les met en lien avec les modèles de l'AïkiCom

Centre somatique et cognitif, le centrage

Un commentaire qui éclaire les participants aux formations AïkiCom qui me disent parfois: je ne "sens" pas mon centre somatique. Je ne sais pas quoi sentir

Le centre somatique n'a pas de conscience de soi car il est essentiellement associé.
Il faut dissocier pour créer la conscience, un observateur et un objet/personne observée.

Le centre somatique a besoin du centre cognitif pour apporter cette conscience.
Le centre cognitif, lui, est capable d'orienter l'attention, tel un projecteur éclairant un objet, une personne.

L'énergie suit l'attention et en éclairant le centre somatique on crée cette conscience, c'est le centrage.

Le centre cognitif se met au service du centre somatique pour créer mon expérience d'être.

Le centre cognitif ne peut faire cela seul, il est condamné à gesticuler dans le monde de la pensée.

Quand il se met au service de l'être il s'allie au centre somatique pour créer le canal de verticalité qui définit l'axe de l'être.

De l'idée à sa concrétisation

Carl Jung

« Le public commet l’erreur fondamentale de croire qu’il existe des réponses déter­minées, des “solutions” ou des conceptions qu’il suffirait d’exprimer pour répandre la clarté nécessaire. Mais la plus belle vérité ne sert à rien , comme l’histoire l’a mille fois montré –, tant qu’elle n’est pas devenue l' expérience première, profonde de l’individu. »

Carl Jung , L'âme et la vie


Cette citation de Jung trouve tout son sens et est à l'origine de la pratique de l'AïkiCom. C'est l'incarnation de la pensée (au sens du verbe anglais to embody) qui est ici évoquée.
La pratique corporelle nous défie et nous provoque en questionnant notre capacité d'apprendre autrement que par le mental. Pas tant par l'acceptation de l'idée d'un apprentissage par le mouvement que celle de son exigence en termes d'exécution, de répétition et de temps que nous nous donnons pour le faire.

La pensée sans action ne reste que pensée.
L'action sans le corps, n'est que pensée d'action.

Verticalité (1) - la tête comme les pieds

Envie de vous partager un ensemble d'éléments liés à la verticalité, qualité essentielle en AïkiCom.

Dans ce post, je voudrais souligner que dans l'adoption de notre verticalité, nous avons tendance à penser à la qualité de nos appuis - nos pieds en contact avec le sol - sur lesquels se construit notre structure verticale.

Notre verticalité est intimement liée à la notion de gravité. Celle-ci est constante à la même altitude sur la Terre.

Nous pouvons percevoir la gravité dans notre corps. Nous sommes ainsi capables les yeux fermés d'indiquer avec une bonne précision la "verticalité terrestre". Mais la vue joue également un rôle essentiel et de nombreuses expériences de trompe-l'oeil ont montré qu'en induisant en erreur notre vision (par exemple en plaçant une personne dans une chambre inclinée) nous alignons notre corps dans une fausse verticalité négligeant ainsi les signaux de perception corporelle de la gravité. Et il suffit de fermer les yeux pour que le corps retrouve la "verticalité terrestre".

Notre corps utilise deux référentiels pour construire sa verticalité. Le premier référentiel est "égocentré" car construitVerticalité tête autour de la représentation, interne de notre propre corps. Le second est externe de par notre perception de la gravité perçue par nos récepteurs appelés les otholites. C'est notre fil à plomb corporel. Des superpositions de photos de personnes en mouvements (course, ski, marche) ont montré que si le corps bouge pour assurer le mouvement, la tête, elle, reste étonnamment stable dans l'espace. Elle joue le rôle de gyroscope, de référent de ce qu'est la verticalité autour de laquelle le corps se meut.

Ainsi si la référence des appuis sur le sol est importante, notre tête joue un rôle essentiel dans la construction de notre verticalité.

Pour en savoir plus: Alain Berthoz, Le Sens du Mouvement, Odile Jacob, Sciences

L'image est extraite du livre d'Alain Berthoz

La voix de son être - 1: respiration et verticalité

La voix n'est pas que le medium pour exprimer des mots. Il est une dimension essentielle de notre être. Notre voix nous révèle et c'est d'ailleurs parfois désagréable tant nous sommes nombreux à ne pas aimer notre voix quand nous nous entendons ou vouloir la modifier, l'améliorer. Une série de billets qui explore la voix en lien avec l'AïkiCom.

Cette voix qui fait partie de qui nous sommes, n'est pas le simple effet de nos cordes vocales qui entrent en vibration. Elle est le résultat d'un processus complexe qui englobe notre corps entier.

C'est à ce titre que l'AïkiCom s'intéresse à la voix, comme une porte qui nous ouvre à nous-mêmes et nous invite à l'exploration et surtout à l'expérimentation. Sans prétendre à quelque expertise dans le travail de la voix, je veux ouvrir ce champ de réflexion et explorer l'impact indéniable qu'un travail de la voix peut avoir sur notre manière d'être, de percevoir et d'interagir. Après tout, la voix n'est rien d'autre qu'une expression de notre énergie de notre ki et nous met en lien avec celui qui nous entend. Voilà qui place de facto le travail de la voix dans la sphère d'étude de  l'AïkiCom.

Des soirées d'expérimentation seront organisées à l'institut AikiCom (Rixensart, Belgique), si vous êtes intéressé(e) envoyez-moi un message

La respiration

La voix, dans sa dimension corporelle, s'articule autour de la respiration. Si nous respirons tous, et c'est heureux, nous respirons souvent mal. Nous ne sommes pas tous conscient que l'on peut distinguer plusieurs sortes de respirations: respiration dite claviculaire (au niveau des épaules et donc très haut perchée), respiration costale (au niveau de la cage thoracique) et abdominale (au niveau du ventre). Libérer la respiration libère la voix. La respiration abdominale est une découverte pour certains.

Respirer en sentant notre ventre se gonfler lors de l'inspiration puis se dégonfler lorsque nous expirons est le début de la pratique. Elle se complète d'un travail sur notre verticalité et sur la mobilisation de notre colonne, de nos côtes et du sternum sans oublier l'importance de mobiliser le bassin qui bascule en antéversion lors de l'inspiration (crêtes iliaques vers l'avant et pubis vers l'arrière ce qui accentue le creux lombaires) et en rétroversion lors de l'expiration.

Ce mouvement est essentiel étant donné le rôle du bassin pour construire notre verticalité comme vous pouvez le voir sur cette vidéo.

exercice respiration ventrale abdominale aikicomDes exercices de rétroversion/expiration-antéversion/inspiration du bassin au sol sont une bonne préparation pour une meilleure respiration. Ils peuvent être suivis d'exercices debout où nous travaillons l'ondulation générale de la colonne en veillant à partir du mouvement du bassin: antéversion, inspiration, ventre qui gonfle, sternum qui "avance" alors que la colonne se redresse jusqu'à redresser la tête et la faire pencher légèrement vers l'arrière. Le corps est alors arqué vers l'arrière et les poumons emplis d'air. respiration complète avec bascule du bassin aikicomOn expire alors en initiant le mouvement par la rétroversion du bassin suivi du sternum qui "rentre" et descend puis que les vertèbres cervicales emmènent la tête qui se penche vers l'avant. Cet exercice est un véritable stretching de l'ensemble de notre colonne respiratoire et l'opportunité de découvrir ou redécouvrir des tensions ou blocages qui chahutent quelque peu l'exécution fluide de l'exercice.

Cet exercice peut être exécuté en émettant un son qui nous donne une perception différente et plus riche de la fluidité de notre mouvement.

Les mots sont bien sûr pauvres pour décrire l'exercice et l'expérience qu'apporte son exécution mais servira de rappel à ceux qui l'ont déjà pratiqué.
Dans un prochain billet, j'évoquerai la dimension vocale proprement dite dans son rôle émotionnel, somatique et inter-relationnel