Courbe l’échine

L’échine, mot désuet désignant notre colonne vertébrale que l’on retrouve dans l’expression « épine dorsale ».

L’échine est donc cette partie du corps qui nous élève, qui nous permet de nous redresser pour atteindre le ciel. Lorsque je me redresse et me place dans ma verticalité, je gagne mon statut d’être humain dans toute sa dignité.

La verticalité est l’endroit où tout commence. C’est l’axe de l’être. Notre corps est le lieu de nombreuses significations. Il aide le jeune enfant à donner sens aux concepts plus abstraits, à leur donner corps. Ainsi dit-on « Il est au top » ou « je me sens à plat » pour exprimer notre état. C’est parce que nous sommes des êtres verticaux que ce qui est en haut est connoté de manière positive et ce qui est en bas de manière négative.

Nous sommes dans notre verticalité lorsque nous nous sentons bien, en bonne énergie. Lorsque de belles idées nous aspirent vers le haut
Par contre, lorsque nous sommes abattus, nous nous sentons attirés par le sol. Nous nous enroulons.

Lorsque nous nous perdons dans l’action au point de nous oublier, nous nous penchons de manière énergique vers l’avant, tel un boxeur face à son challenger ou tel le sprinter voulant passer la ligne du 100 mètres en moins de dix secondes.

C’est ceci qui me vient à l’esprit lorsque j’observe ces jeunes qui ont grandi autour de leurs smartphones. Ils et elles se sont construits une attitude enroulée.
Ils courbent l’échine.

Devant quel pouvoir ?

Celui d’un despote. Celui de l’immédiateté. Celui de l’omni-connexion, celui de l’omniprésence de tous, partout, du sommet d’une colline aux draps du lit, de la banquette du bus au centre commercial.

La pleine présence s’est dissoute. Il n’y a plus de maintenant, il n’y a plus qu’un instant vite remplacé par le suivant. Il n’y a plus de distance. L’ici est devenu exigü et s’est dissout d’un coup de pouce activé par le son du téléphone annonçant qu’ailleurs quelqu’un a comblé le même vide intérieur par une interruption.
Courbe l’échine, accroc de l’écran. Et surtout ne relève pas les yeux. Tu verrais le monde que te préparent ceux qui ont compris l’avantage de te maintenir ainsi, privé de vision large sur ce que la vie peut t’offrir et sur tes aspirations que ta cage thoracique comprimée par l’enroulement corporel autour de ce nouvel appendice qui t’a confisqué ton attention.

Quand l’outil extraordinaire devient ton maître c’est ta condition humaine que tu perds, ta verticalité.

Vous aimerez aussi


Pertubation

Elle avait rendez-vous à 18 heures. Pour son ex qui n’a pas digéré le divorce qu’elle avait voulu, tout est bon pour la contrarier et le seul moyen qui lui reste est de perturber le rendez-vous du jour de changement de garde des enfants. Une épée de Damoclès. Pourtant cette fois tout était arrangé. De […]


Découverte de nouveaux outils

C'est toujours par le plus grand des hasards, au détour de conversations anodines que se mettent en marche des démarches qui très vite se révéleront significatives. Moi qui m’occupait de DevonThink, bien utile pour classer les documents, je découvre Notion qui est un système hybride de tableur et base de données. Si Devonthink semble être […]


AïkiCom et les 4 éléments

Une vidéo qui vous présente les 4 éléments découverts lors d'une formation "embodiment" dirigée par Mark Walsh. Les 4 éléments, c'est l'air, la terre, l'eau et le feu. Chacun de ces éléments traduisent des qualités comme des défauts pour des tempéraments-types. Cette vidéo les explore et les met en lien avec les modèles de l'AïkiCom


Transformer l'anxiété liée au Coronavirus en vigilance

La crise du coronavirus (CV dans le texte ci-dessous) et les mesures de confinement peuvent créer une certaine anxiété. Le travail ci-dessous a été effectué avec une personne angoissée par tout ce qui se dit autour du coronavirus et surtout la manière de se comporter en rue et dans les magasins. Il consiste en un […]


Centre somatique et cognitif, le centrage

Un commentaire qui éclaire les participants aux formations AïkiCom qui me disent parfois: je ne "sens" pas mon centre somatique. Je ne sais pas quoi sentir Le centre somatique n'a pas de conscience de soi car il est essentiellement associé. Il faut dissocier pour créer la conscience, un observateur et un objet/personne observée. Le centre […]


Pleine conscience en interaction avec l'autre

L’Aïkido se pratique à deux. Un partenaire attaque et l’autre « fait sur lui » un mouvement. L’Aïki Mindfulness ou la Pleine conscience Aïki change notre attention et nous ramène à nous-même. Avec la Pleine Conscience Aïki je redeviens conscience d’agir et d’être. Et l’autre est là pour m’aider à revenir dans la présence. Il est à mon service.On est loin de l’apprentissage […]


On vit mieux sans compétition ni comparaison

Cela n'empêche pas de se lancer des défis


The monkey, the lion and the garden

This picture to illustrate how we live with our three centers. Our mind is like this monkey: playing, moving, making noise. Our emotional center is the lion of our life. It is coloring our experience, sometimes in a comfortable way, sometimes in a painful and bitter manner. And then there is our somatic center. The […]


Develop an internal culture to withstand external pressures

True stories, Chris Thorsen - part1 This article is part of a serie of stories of how aiki can be applied in business for better leadership. They show how business success depends on the spirit of the leaders, the way in which they source their power, and their willingness to be guided. Chris Thorsen and Richard […]


Fall in love ... stay there

Watch the full conference by clicking here