La fermeté

Fermer n'a signifié clore que depuis le bas Moyen-Âge. Avant, il signifiait rendre ferme, renforcer. Ainsi une personne ferme est également fermée. Cette solidité a transformé les fermes en places fortes pour les protéger des brigands.

Fermer a donc pris la place de clore qui évoque son contraire: éclore.

On voit ainsi le lien entre la fermeté, la muraille que l'on dresse entre soi et le reste du monde pour se protéger et son contraire l'ouverture, la non-fermeté c'est-à-dire la sensibilité et son corollaire, la vulnérabilité mais qui nous permet de ne plus être fermé, d'éclore.

Et vous, que vous évoque le mot fermeté, de bonnes sensations ou bien un sentiment de fermeture. Ressentez-vous le besoin de vous protéger par une muraille, une carapace, une armure ?

La nature nous a "dessiné" avec les parties les plus dures de notre corps en nous: notre squelette. Et à l'extérieur nous exposons notre peau, fragile mais tellement sensible, la porte de notre sensibilité. Bien sûr nous risquons d'être blessé. Mais nous pouvons guérir, cicatriser. Le tout est de veiller à ce que la blessure ne soit pas trop profonde, qu'elle ne nous mette pas en danger. C'est ce que l'AïkiCom nous enseigne. Par nos actes et notre présence au monde nous prenons le risque d'être au monde, d'être dans le monde. Nous sommes en contact, nous percevons ce monde mais nous le faisons avec vigilance. ainsi, en cas de menace, nous pouvons bouger et ne pas nous laisser atteindre par la menace. Ou du moins en minimiser les effets.

Car c'est ainsi que l'on vit vraiment, en acceptant notre vulnérabilité mais sans nous exposer inutilement.

Plaisir des mots qui nous racontent l'histoire du sens que nous donnons aux choses.

à voir aussi:

Vous aimerez aussi

J'arrête !
Le jour où j'ai cédé mon dojo
Prenez une pause, changez de centre
Des études scientifiques ont démontré que notre cerveau ne peut emmagasiner de l'information pendant plus de 45 minutes (phénomène de la vigilance décroissante). C'est ainsi qu'il est recommandé de prendre des pauses toutes les 45 minutes. Voilà qui devrait aider les étudiants pour autant que nos "bloggers" n'utilisent pas ces pauses pour passer en monde […]
De l'idée à sa concrétisation
« Le public commet l’erreur fondamentale de croire qu’il existe des réponses déter­minées, des “solutions” ou des conceptions qu’il suffirait d’exprimer pour répandre la clarté nécessaire. Mais la plus belle vérité ne sert à rien , comme l’histoire l’a mille fois montré –, tant qu’elle n’est pas devenue l' expérience première, profonde de l’individu. » […]
Un petit signe, créer une connexion
Petit détail du quotidien, quand je traverse sur un passage pour piéton, j'ai plutôt tendance à revendiquer ma priorité aux voitures... avec la prudence qui sied à ce genre de situation bien sur. Si je cherche à obtenir que l'automobiliste reconnaisse au piéton que je suis la priorité, c'est parce que nous sommes tous piétons, […]
Les conseils de ton silence
C’est bien, tout va bien. Bientôt nous deviendrons comme ces personnes qui ne se connaissent plus, Ne se parlent plus que pour échanger des banalités ou des aspects logistiques du style « il n’y a plus de pain », « il y a des courants d’air dans le couloir ». C’est une évolution vers le moins proche, Une progression vers le plus éloigné, Une conquête de l’indifférence anonyme.
Courbe l’échine
L’échine, mot désuet désignant notre colonne vertébrale que l’on retrouve dans l’expression « épine dorsale ». L’échine est donc cette partie du corps qui nous élève, qui nous permet de nous redresser pour atteindre le ciel. Lorsque je me redresse et me place dans ma verticalité, je gagne mon statut d’être humain dans toute sa […]
Le courage d'être gentil
En assistant au désolant spectacle de nos politiques qui se disputent comme des chiffonniers au lieu d'oeuvrer à l'intérêt général, je me prends à me demander ce qu'il y aurait lieu de faire. Avoir le courage d'être gentil, d'être bienveillant en sachant que l'on peut être confronté à des personnes qui ont des agendas personnels ou des agendas cachés. Enseignant l'aïkido je développe son pendant dans le monde de la communication l'AïkiCom.
Le temps libéré
Lorsque l'on court tous les jours après le temps, les rendez-vous, les contraintes. Lorsque même les loisirs prennent la forme d'un rendez-vous et lorsqu'enfin on peut se laisser ... à respirer, on en vient à espérer de libérer un peu de temps pour prendre le temps plutôt que ce soit lui qui nous prenne.
Une grande âme est au-dessus de l’injure
Ne pas se laisser toucher par l'agression verbale - comme nous le ferions de l'agression physique - est la solution qu'adoptent ces grandes âmes dont nous parle Jean de la Bruyère. Mais cela ne nous épargne pas la question de la vulnérabilité qui nous caractérise lorsque nous voulons rester sensibles, c'est-à-dire connectés à la vie […]
1 2 3 9