Le ma, un soleil entre deux portes

ma kanjiEn japonais le terme ma représente à la fois l’espace et le temps. On peut le traduire par intervalle, espace, durée, distance. Son kanji (caractère japonais) est un soleil qu’entourent deux portes : 間.

Le ma est à la fois ce qui sépare et ce qui unit. En musique, le ma est le silence entre deux phrases musicales. Sans lui les mélodies ne peuvent se révéler dans leur harmonie.

En calligraphie japonaise, le sens est dans le trait et le ma est l’espace entre ces traits. Il les relie et les sépare. Si le calligraphe s’arrête entre deux traits, pour réfléchir ou reprendre de l’encre, l’enchaînement est perdu. On dit alors que le trait est mort. Le ma est l’espace du kimyaku qui signifie enchaînement du ki, l’énergie de vie.

Etudier le ma c’est dépasser le vide créateur de la dualité et voir dans cet  intervalle le soleil qui rassemble les deux portes : 間.

kanji ma aiEn aïkido on parle de ma ai (間合) c’est-à-dire de l’espace (ma)qui restaure l’harmonie (ai). Le travail aïki est un éternel retour à ce qui nous rassemble. Sans le ma nous pourrions être tenté par la fusion, la confusion. Les partenaires perdraient leur identité. Le ma maintient les individualités en les reliant.

Ce processus est le travail d’une vie. Sans cesse nous basculons d’un extrême à l’autre: rejet pour marquer nos différences ou fusion confondante et menaçante qui activent les mécanismes de défense de notre ego. La difficulté de maintenir un juste ma nous pousse à rejeter l’autre pour maintenir cet intervalle qui maintiendra notre identité. Pourtant dans les moments de bonheur, nous savourons cette proximité de l’autre, une proximité que l’on voudrait encore plus étroite, voire inexistante. La fusion, le retour à l’être uni, l’absence de limite semble être l’aspiration fondamentale de l’amour mais très vite le besoin d’être reprend le dessus. L’ego se nourrit du soleil entre les deux portes et les préfèrent fermées.

La distance idéale, le ma optimal n’existe sans doute pas ou peut-être n’est-il pas statique, figé, immuable. L’union du tient plus de la pulsation, du rythme, de la respiration qui semble seule pouvoir réunir les êtres vivants en les respectant dans leur identité.

Vous aimerez aussi

La métaphore de l'arbre et ses racines
Il est courant de proposer de s'imaginer tel un arbre avec ses racines s'enfonçant dans le sol pour induire la sensation de stabilité, d'ancrage, déséquilibre. Cette métaphore de l'homme-arbre n'est jamais utilisée en AïkiCom. Pourquoi ? La raison est très simple. L'AïkiCom nous invite à être stable, dans un état d'équilibre. Mais cet équilibre est […]
Quand l'enfant bascule dans la violence
Les parents confrontés à leurs enfants qui ont des comportements violents ou destructeurs se retrouvent dépourvus. Que faire ? S'ils tentent de tenir tête, de réprimander, de menacer ou de punir, leur enfant réagit de la même manière et c'est l'escalade. En tant qu'adulte, ils tentent alors d'enrayer cette spirale de violence en optant pour […]
Il y a de l'or dans l'ordinaire
Lorsqu'on interroge des personnes ayant vécu des moments difficiles, ce qui leur revient à l'esprit sont des moments de bonheur ordinaire, jamais ils évoquent ces moments extraordinaires si attractifs et apparemment tellement désirés. L'envie de vivre des moments extraordinaires peut nous faire passer à côté de ces précieux petits moments du quotidien.
Centre somatique et cognitif, le centrage
Un commentaire qui éclaire les participants aux formations AïkiCom qui me disent parfois: je ne "sens" pas mon centre somatique. Je ne sais pas quoi sentir Le centre somatique n'a pas de conscience de soi car il est essentiellement associé. Il faut dissocier pour créer la conscience, un observateur et un objet/personne observée. Le centre […]
Être dans le flux (2) - en lien à partir du centre
Dans le premier billet sur le flux j'ai évoque l'importance de percevoir dans l'expérience de flux. Nous allons maintenant évoquer l'importance du centre somatique qui s'établit l'indispensable connexion avec l'expérience dans l'instant présent. Le centre somatique est à la fois la partie la plus personnelle de nous même, la plus individualisée ... et la plus universalisée, la plus générale. Elle nous connecte à notre essence d'être humain et d'être vivant.
Prendre la responsabilité de notre expérience
Article extrait et adapté du livre "Ne Cessez pas d'être gentils, soyez forts" Certains comportements nous énervent plus que tout. Ils ont cette capacité d’éveiller en nous ces parties de nous-mêmes que nous avons enfouies ou ces attitudes que nous ne nous sommes pas autorisées à vivre. Lorsqu’elles émergent, nous nous sentons en colère ou […]
Sous-estimer sa puissance personnelle
Etrangement - en apparence - c'est le doute quant à notre puissance personnelle, nos ressources qui nous pousse à provoquer les conflits qui basculent dans la violence. Ce doute nous fait nous sentir en insécurité et ainsi nous fait basculer dans les réflexes de défense. Le conflit se mute alors en combat. Nous pouvons alors […]
1 2 3 8

2 comments on “Le ma, un soleil entre deux portes”

  1. Thank you for writing this. I am not so adept at French, and would very much like to be sure I understand your interpretation of this concept. Can you reply with an English translation? I am a former Aikodoka, and current psychotherapist, and the concept of Ma-ai is one I have taken to mean 'right distance for harmonious relating' or something like that. Something encompassing the senses of time, timing, and moving relationship in 'space'. I hope you will reply, hopefully in English. My apologies that my French is not adequate for this

    Not sure what you're asking for at the space: Site Web. Perhaps to know which of your webpages I'm talking about?

    1. Hi, thanks for your comment.
      Ma-ai is composed of ma and ai. Ma is the distance, the space (and also the time when there is movement) and ai is the ai of aikido meaning harmony.
      what I write in this post is the fact that this distance is the necessary distance avoiding fusion but contributing to connect us to restore harmony. Too far and I lose you, to near and we can get into problems. See Edward T Hall's book "The hidden dimension" (la dimension cachée). I like the ideogram representing the 2 persons and the sun between them