Les risques dans la relation amoureuse

Quelle est l’expérience la plus risquée parmi la liste suivante : descente d’une piste noire en ski, saut à l’élastique, conduire une formule 1 ou nouer une relation amoureuse ? Il ne viendrait pas à grand monde d’opter pour la dernière option. Pourtant on ne peut pas dire que cela soit sans risque. D’ailleurs ne parle-t-on pas d’une aventure amoureuse ? S’il y a des risques quels sont-ils ? Parcourons-en quelques uns. Le risque de se tromper Choisir une personne, c’est renoncer à des dizaines d’autres. La peur de se tromper peut amener une réticence à ’établir une relation sous prétexte que peut-être une autre personne conviendrait mieux, nous ferait plus vibrer. Cette peur de se tromper se retrouve plus tard dans de nouveaux moments de choix et peut masquer d’autres peurs telles que la peur de l’intimité, la peur de s’engager, la peur de dépendre. Chacun de nous aborde la question de la décision à sa manière, décisions impulsives, voire à l’aveuglette, paralysie, hésitations, besoin de l’avis d’autres personnes et cette manière de décider peut différer en fonction des domaines : déterminée dans le domaine professionnel, une personne pourra se montrer hésitante quand il s’agit d’une relation amoureuse. Le mythe de l’existence du partenaire parfait compte encore de nombreux adeptes. Le risque d’être rejeté Dès le premier regard cette personne vous a attiré. Mais est-ce réciproque ? Si ce n’est pas le cas vous risquez le rejet, expérience qui peut être vécue de manière particulièrement pénible au point que la peur d’un rejet potentiel amène de nombreuses personnes à éviter toute relation amoureuse ou alors à éviter les personnes qu’elles veulent vraiment pour n’ouvrir leur porte qu’à celles ou ceux qui viennent à eux. Cette peur d’être rejeté n’est ni extraordinaire ni anormale c’est lorsqu’elle nous hante au point d’empêcher toute nouvelle relation qu’il faut s’interroger sur nos expériences de rejet inscrites dans notre passé. Le risque d’être humilié Lorsque le rejet est vécu de manière intense, elle peut prendre la forme d’une humiliation surtout si le rejet est blessant. Cette crainte de l’humiliation trouve parfois son origine dans des expériences vécues avec l’impression de ne pas être désirable. Nous désirons l’autre mais nous voulons aussi (surtout ?) que l’autre nous désire pour nous sentir vivant, apprécié. Le risque d’être honnête et ouvert La plus belle chose qui puisse arriver dans une relation c’est de  pouvoir se montrer honnête et ouvert avec son ou sa partenaire. Cette belle perspective sera parfois vécue comme menaçante. Des expériences négatives dans le passé peuvent nous amener à nous méfier du partage et de trop de transparence. Il nous est particulièrement difficile d’être ouvert quand il s’agit de reconnaître nos défauts (l’autre ne réagira-t-il pas négativement ?), d’exposer nos points sensibles qui révèlent notre vulnérabilité ou d’exprimer des sentiments négatifs (difficile d’avouer notre insatisfaction, notre colère). Ces risques montrent à souhait combien il est nécessaire de développer le courage du guerrier de bienveillance pour affronter nos peurs et ainsi oser s’aventurer dans les eaux imprévisibles et inexplorées d’une relation amoureuse.

Vous aimerez aussi

Quand le couple vous efface
Est-il possible de rester soi-même dans le couple quand l'autre est une personnalité connue ou simplement plus "visible"? Je me rappelle comment j'ai été interpellé en apprenant la séparation de Jean Dujardin et de Alexandra Lamy. Je me suis dit: "ça y est encore un couple qui éclate à cause du succès de l'un des […]
La notion d'ancrage
L'ancrage c'est notre connexion à la Terre, c'est une condition essentielle de notre stabilité. On fait souvent la métaphore des racines d'un arbre lorsque l'on parle d'ancrage. C'est le cas dans la video ci-dessous. En AïkiCom on cherche à développer une forme d'ancrage particulière en ce sens qu'il est dynamique.
La bienveillance
Aussi égoïste que l’homme puisse être supposé, il y a évidemment certains principes dans sa nature qui le conduisent à s’intéresser à la fortune des autres et qui lui rendent nécessaire leur bonheur, quoiqu’il n’en retire rien d’autre que le plaisir de les voir heureux. La bienveillance peut être définie comme la disposition affective d’une […]
Les graines de la violence
"Plus jamais ça!" "J'en ai bavé, à mon tour maintenant!" "Je préfère faire souffrir que souffrir encore!" L'impact des violences subies dépasse largement les douleurs et souffrances subies dans l'instant. Elle crée le terrain où les graines de violence nées de la douleur germeront ou non pour produire les violences de demain. Beaucoup préfèrent s'endurcir […]
La communication et le couple
Communiquons, communiquons ! C'est certainement l'invitation la plus entendue à notre époque. Et curieusement l'intérêt croissant pour la communication s'accompagne d'un nombre croissant de couples qui divorcent ou se séparent.
Management par le stress ou harcèlement moral
Votre patron vous fait souffrir, s'agit-il de harcèlement moral ou d'une forme de management par le stress Un peu de pression sur les cadres et salariés d’une entreprise les rend plus efficaces, c’est le slogan qui sous-tend le management par le stress. Cette stratégie ne peut apporter un rendement supérieur que pendant un temps limité. Lorsque la pression est continue l’impact sur la motivation et la santé des gens devient considérable. A partir de quand peut-on considérer que l’on passe du management par le stress au harcèlement moral ? Le harcèlement moral est devenu une préoccupation très présente dans les entreprises mais n’a fait qu’ouvrir le vaste sujet du bien-être au travail et de son contraire : la souffrance au travail. Un certain nombre d’indices permettent de nous aider à distinguer le harcèlement moral du management par le stress.
Agir à partir du centre
Je suis là, tout va bien, sauf qu'il y a ces pensées qui me reviennent de manière régulière. Cette question qui me tourne dans la tête et me rappelle de manière incessante que je dois parler à cet ami avec qui je m'entends si bien, à mon patron, à ma compagne ou à mon fils. Je vis avec lui, avec elle une relation qui est tout à fait satisfaisante à cela près qu'il y a ce litige, ce point qui me tracasse car la situation est en train de prendre une tournure qui ne me convient pas. Et c'est justement parce que la relation est si bonne que je n'ose pas aborder ce point sensible.
Médiation et AikiCom, oublier Rocky
Les procédures judiciaires sont très filmogéniques car elles sont une illustration du combat adaptée à notre société moderne. Les avocats et autres procureurs sont les protagonistes d'une lutte verbale qui vise à gagner en imposant son verdict à l'autre partie. C'est ainsi que les juristes qui se tournent vers la médiation doivent apprendre à changer […]
Vivre normalement
Est-ce possible de vivre normalement quand des personnes sont dans le désespoir ou se font tuer, quand des personnes mal intentionnées exploitent la douleur de ceux qui n'ont d'autre choix que de faire fructifier le business malsain pour chercher un lieu de vie et de survie, quand des politiques sensés nous représenter n'agissent ou agissent mal dans la seule optique de rester élus et ont perdu toute vision politique à moyen ou long terme.
1 2 3 5