La notion d'ancrage

L'ancrage c'est notre connexion à la Terre, c'est une condition essentielle de notre stabilité.

On fait souvent la métaphore des racines d'un arbre lorsque l'on parle d'ancrage.

C'est le cas dans la video ci-dessous.

En AïkiCom on cherche à développer une forme d'ancrage particulière en ce sens qu'il est dynamique.

Contrairement à la métaphore des racines, nos pieds ne sont pas figés, rivés à la Terre, ils sont à la fois source d'appui au sol et en tant que tel la matérialisation de notre ancrage au sol mais ils sont également notre moyen de nous déplacer, de nous mettre en mouvement.

Superbe défi que de conserver son ancrage au sol tout en se préservant la mobilité nécessaire pour évoluer au gré des rencontres, des énergies. La connexion est permanente même si elle se déplace.

Vous aimerez aussi

Vivre normalement
Est-ce possible de vivre normalement quand des personnes sont dans le désespoir ou se font tuer, quand des personnes mal intentionnées exploitent la douleur de ceux qui n'ont d'autre choix que de faire fructifier le business malsain pour chercher un lieu de vie et de survie, quand des politiques sensés nous représenter n'agissent ou agissent mal dans la seule optique de rester élus et ont perdu toute vision politique à moyen ou long terme.
Mon émotion est mon partenaire
L'aïkicom et la pleine conscience nous invite à accueillir sans juger et à grandir dans l'expérience sans nous appesantir ni nous échapper.
Le pouvoir des mots
Relevé ce jour ce texte de Koretoshi Maruyama, fondateur de l'Aikido Yuishinkai. Yushin veut dire "je suis l'esprit en soi". Maruyama a développé cette école d'aïkido après une période intense de méditation et d'étude philosophique. Sa réflexion nourrit l'approche AikiCom même si les deux approches sont distinctes (je n'ai aucune connaissance de la spécificité de l'Aikido Yushinkai). Je livre cet extrait en précisant déjà que l'idée qu'il traduit est sans doute un raccourci de la pensée de son auteur et qu'il ouvre tout une réflexion que je partagerai via les commentaires de cet article.
La métaphore de l'arbre et ses racines
Il est courant de proposer de s'imaginer tel un arbre avec ses racines s'enfonçant dans le sol pour induire la sensation de stabilité, d'ancrage, déséquilibre. Cette métaphore de l'homme-arbre n'est jamais utilisée en AïkiCom. Pourquoi ? La raison est très simple. L'AïkiCom nous invite à être stable, dans un état d'équilibre. Mais cet équilibre est […]
La bienveillance secret des équipes les plus productives
Dans une étude réalisée au sein de la célèbre entreprise Google en 2012, des chercheurs ont cherché à identifier ce qui distingue les équipes performantes des autres. Au final, il s'avère que c'est la sécurité psychologique qui est le facteur déterminant. Cette sécurité psychologique est un des effets induits par les nouvelles formes de leadership […]
Le courage d'être gentil
En assistant au désolant spectacle de nos politiques qui se disputent comme des chiffonniers au lieu d'oeuvrer à l'intérêt général, je me prends à me demander ce qu'il y aurait lieu de faire. Avoir le courage d'être gentil, d'être bienveillant en sachant que l'on peut être confronté à des personnes qui ont des agendas personnels ou des agendas cachés. Enseignant l'aïkido je développe son pendant dans le monde de la communication l'AïkiCom.
Centre somatique et cognitif, le centrage
Un commentaire qui éclaire les participants aux formations AïkiCom qui me disent parfois: je ne "sens" pas mon centre somatique. Je ne sais pas quoi sentir Le centre somatique n'a pas de conscience de soi car il est essentiellement associé. Il faut dissocier pour créer la conscience, un observateur et un objet/personne observée. Le centre […]
Courbe l’échine
L’échine, mot désuet désignant notre colonne vertébrale que l’on retrouve dans l’expression « épine dorsale ». L’échine est donc cette partie du corps qui nous élève, qui nous permet de nous redresser pour atteindre le ciel. Lorsque je me redresse et me place dans ma verticalité, je gagne mon statut d’être humain dans toute sa […]
Etouffement
Assailli de toute part, une sensation d’enveloppement proche de l’étouffement me coupe de toute sensation extérieure. Les préoccupations se réduisent à l’inconfort immédiat. Trancher, supprimer les causes de cette oppression qui accélère le flux de mes pensées. Ce tourbillon paralyse toute réflexion et contribue à la tempête émotionnelle qui gagne en intensité et me donne presque la nausée.
1 2 3 8