Agir à partir du centre

Je suis là, tout va bien, sauf qu'il y a ces pensées qui me reviennent de manière régulière.

Cette question qui me tourne dans la tête et me rappelle de manière incessante que je dois parler à cet ami avec qui je m'entends si bien, à mon patron, à ma compagne ou à mon fils.

Je vis avec lui, avec elle une relation qui est tout à fait satisfaisante à cela près qu'il y a ce litige, ce point qui me tracasse car la situation est en train de prendre une tournure qui ne me convient pas. Et c'est justement parce que la relation est si bonne que je n'ose pas aborder ce point sensible.

J'ai tellement peur que cela ne remette en question la relation dans son ensemble ou que cela jette un froid qui entachera pour plusieurs jours, voire plusieurs mois notre manière de nous parler, de partager, d'échanger.

Mais d'un autre côté, je me sens mal avec moi même. Si je n'aborde pas cette question, c'est avec moi que je me sens mal.

C'est déjà le cas. Car je dois reconnaître que cela fait plusieurs jours que je reporte, trouvant que le moment n'est pas approprié.

Et plus le temps passe plus la tension s'accentue. J'imagine le pire et le pire devient encore pire à mesure que j'imagine.

Mon esprit construit des scenarii de films catastrophe pendant que mes émotions développe une musique de film oscillant entre le thriller et le drame absolu.

L'attitude aïki n'est pas le rejet de ces émotions, ni le jugement de ces pensées négatives. L'attitude aïki c'est la prise de conscience de ce qui se passe, de reconnaître et accepter ce que je vis en revenant dans mon centre, au niveau de mon hara et de devenir le spect-acteur de mon expérience.

Pour passer à l'action, car je sais qu'il me faudra passer à l'action c'est-à-dire aller parler à cette personne et mettre le problème sur la table, il me faut partir de mon centre.

C'est de là que démarre le geste juste. C'est le "ici" qui doit se compléter du "maintenant", l'action sans passé et sans futur, celle qui nous maintient dans la dynamique de la vie.

Les projections dans le futur fondent alors comme neige au soleil et les émotions se transmutent en énergie.

Le présent n'est pas effrayant, il est.

Je ne suis pas effrayé, je suis.

Dans l'ici et le maintenant, j'agis.

Agissant ainsi les éléments et l'univers entier s'allient à ce geste né du centre.   

Vous aimerez aussi

Langage non verbal
Vous trouverez dans de nombreux livres et dans de nombreuses formations que lorsque nous communiquons les mots prononcés ne comptent que pour seulement 7% de l'entièreté du message. L'essentiel est visuel (55%) et auditif (intonation, son de la voix pour 38%). Ces chiffres sont malheureusement erronés car ils sont le résultat d'études effectuées par Albert […]
Points de bifurcation
Je vous conseille de lire ce post en écoutant la merveilleuse musique de Carmina Burana ce lien ouvrira une nouvelle fenêtre pour garder cette page ouverte pour la lecture Arrêtez-vous et faites un rapide inventaire des moments où votre vie a pris une nouvelle direction. Ces moments ne doivent pas nécessairement être dramatiques. Cela peut-être […]
L'instant subtil de la bascule
Au début d'une relation, on avance avec prudence. Quelles sont limites que je ne dois pas dépasser ? Que doit-on faire ensemble ou pas? A-t-elle envie que je l'accompagne ? Passera-t-on Noël dans sa famille ou dans la mienne? On évolue à tâtons un peu comme ce jeu pour enfant où l'on tient une tige se terminant par un anneau métallique que l'on doit déplacer d'un bout à l'autre d'un fil métallique plié de manière compliquée et connecté à une sonnerie. Au début le parcours est facile, il suffit d'avancer. Puis cela se complique et les contorsions commencent jusqu'à l'inévitable sonnerie, le buzz qui nous indique que nous avons passé la limite.
Compassion pour l'adversaire en nous
En Aïki on entend souvent dire que l'attaquant n'est pas notre adversaire, qu'il est notre partenaire et que notre vrai adversaire est en nous. Correctement interprétée cette réflexion est un moteur d'évolution personnelle. Encore faut-il également se comporter avec bienveillance vis-à-vis de cet adversaire intérieur. Ainsi donc cet adversaire intérieur est-il également le partenaire de […]
Les risques dans la relation amoureuse
Quelle est l’expérience la plus risquée parmi la liste suivante : descente d’une piste noire en ski, saut à l’élastique, conduire une formule 1 ou nouer une relation amoureuse ? Il ne viendrait pas à grand monde d’opter pour la dernière option. Pourtant on ne peut pas dire que cela soit sans risque. D’ailleurs ne parle-t-on pas d’une aventure amoureuse ? S’il y a des risques quels sont-ils ? Parcourons-en quelques uns.
La vie juste, le taureau et le végétarien
"S'attendre à ce que le monde soit juste envers vous parce que vous êtes quelqu'un de bien, c'est comme s'attendre à ce que le taureau ne charge pas parce que vous êtes végétarien." Rabbi Harold Kushner (When Bad Things Happen to Good People)  
La fermeté
Fermer n'a signifié clore que depuis le bas Moyen-Âge. Avant, il signifiait rendre ferme, renforcer. Ainsi une personne ferme est également fermée. Cette solidité a transformé les fermes en places fortes pour les protéger des brigands. Fermer a donc pris la place de clore qui évoque son contraire: éclore. On voit ainsi le lien entre […]
La bienveillance
Aussi égoïste que l’homme puisse être supposé, il y a évidemment certains principes dans sa nature qui le conduisent à s’intéresser à la fortune des autres et qui lui rendent nécessaire leur bonheur, quoiqu’il n’en retire rien d’autre que le plaisir de les voir heureux. La bienveillance peut être définie comme la disposition affective d’une […]
Des méditateurs installés dans les villes
Tout le monde connait les bienfaits psychologiques et physiologiques de la méditation ou devrait les connaître. De plus en plus de gens se tournent vers des méthodes alternatives de bien-être. En dehors de l'image de la méditation vue comme une pratique religieuse ou spirituelle, la science a confirmé par de nombreuses expériences que la méditation exerce sur celui qui la pratique un effet particulièrement bénéfique. On croit généralement que l'Etat est bien souvent en retard d'une guerre et bien cette fois-ci il a pris les devant.
Top