Aïkido, CNV et PNL

L’AïkiCom’ combine les qualités de l’aïkido avec celles de techniques de communication telles que la CNV et la PNL.

L’aïkido nous apprend physiquement comment nous synchroniser à l’énergie d’une attaque pour la transformer en énergie de coopération qui respecte les deux partenaires. Cette synchronisation trouve toute sa signification dans la démarche CNV développée par Marshall Rosenberg.

La CNV nous propose d’identifier ce que nous observons, les besoins qui sont satisfaits ou violés et les émotions qui en découlent. Le praticien CNV apprend ensuite à formuler une demande claire qui part de lui. La formule classique prend la forme: « Quand je vois ..(fait observable).., je me sens ..(émotion).. et cela viole/satisfait mon besoin de ..(besoin).., et je te demande ..(demande claire).. ». De la même façon le praticien CNV portera son attention à identifier le besoin, l’émotion et aidera son interlocuteur à reformuler une demande: « Quand tu vois que ..(fait observable).., ressens-tu ..(émotion).. parce que ton besoin de ..(besoin).. n’est pas satisfait… » Ce faisant il entre en communication avec son interlocuteur qui confirmera l’hypothèse proposée par le praticien CNV. Ce style de communication évoqué ici de manière on ne peut plus sommaire (note 1) crée un climat de communication qui désamorce l’escalade de l’aggressivité, voire de la violence.

Les parallèles sont frappants entre la pratique de l’aïkido et la CNV. En portant son attention sur ses besoins et ceux de son interlocuteur, le praticien CNV pratique un aïkido verbal. Il prend en considération son centre et celui de son partenaire. Sa manière de s’exprimer transforme l’énergie agressive contenue dans la verbalisation et la transforme. De même l’aïkido va effectuer un déplacement à partir de son centre et va guider par le mouvement du partenaire pour transformer l’énergie de l’attaque en énergie de transformation. Les deux approches s’enrichissent mutuellement: l’aïkidoka découvre comment ses mouvements trouvent une nouvelle expression avec les mots et le praticien CNV découvre comment sa technique de communication se matérialise en sensation corporelles.

Et la PNL dans tout ça?

La PNL (note 2) rejoint l’aïkido dans la technique appelée « accorder et guide » (pace and lead en anglais). En PNL s’accorder veut dire se synchroniser avec le partenaire en terme de gestuelle, de tempo, de tonalité, de vocabulaire, etc. Ce faisant il exécute verbalement et non verbalement une technique que pratique l’aïkidoka quand il effectue un taï sabaki pour rejoindre le centre du partenaire. Vient ensuite la phase de guidage ou le PNListe comme l’aïkidoka crée une dynamique qui emmène le partenaire et transforme l’interaction. Constatons au passage qu’autant l’aïkido que la PNL peut servir à prendre le contrôle d’autrui, à le manipuler comme se plaisent à le dire les détracteurs de la PNL. C’est une possibilité mais ce n’est pas le message qu’il faut retenir (certainement en ce qui concerne l’aïkido, pour ce qui est de la PNL ce n’est pas le cas non plus mais le message est plus ambigu car les co-créateurs de la PNL ne s’y sont jamais intéressés). Le message est que nous sommes responsables de notre attitude et de notre rôle dans l’interaction. Même face à une agression, nous avons le choix de l’agressivité ou du désamorçage de l’agressivité pour créer les conditions d’un dialogue contructif. De même que pour la CNV, l’aïkido crée une synergie très intéressante qui nous entraîne dans ce processus de transformation d’une situation de combat en espace de dialogue.


note 1: pour en savoir plus à propos de la CNV je vous conseille le livre de Marshall Rosenberg « Les mots sont des fenêtres ou des murs » ou celui de Thomas d’Ansembourg « Cessez d’être gentil soyez vrais »

note 2: pour en savoir plus à propos de la PNL, je vous invite à découvre le site de l’Atelier PNL, l’espace de pratique neuro-linguistique)