Verticalité (1) – la tête comme les pieds

Envie de vous partager un ensemble d’éléments liés à la verticalité, qualité essentielle en AïkiCom.

Dans ce post, je voudrais souligner que dans l’adoption de notre verticalité, nous avons tendance à penser à la qualité de nos appuis – nos pieds en contact avec le sol – sur lesquels se construit notre structure verticale.

Notre verticalité est intimement liée à la notion de gravité. Celle-ci est constante à la même altitude sur la Terre.

Nous pouvons percevoir la gravité dans notre corps. Nous sommes ainsi capables les yeux fermés d’indiquer avec une bonne précision la « verticalité terrestre ». Mais la vue joue également un rôle essentiel et de nombreuses expériences de trompe-l’oeil ont montré qu’en induisant en erreur notre vision (par exemple en plaçant une personne dans une chambre inclinée) nous alignons notre corps dans une fausse verticalité négligeant ainsi les signaux de perception corporelle de la gravité. Et il suffit de fermer les yeux pour que le corps retrouve la « verticalité terrestre ».

Notre corps utilise deux référentiels pour construire sa verticalité. Le premier référentiel est « égocentré » car construitVerticalité tête autour de la représentation, interne de notre propre corps. Le second est externe de par notre perception de la gravité perçue par nos récepteurs appelés les otholites. C’est notre fil à plomb corporel. Des superpositions de photos de personnes en mouvements (course, ski, marche) ont montré que si le corps bouge pour assurer le mouvement, la tête, elle, reste étonnamment stable dans l’espace. Elle joue le rôle de gyroscope, de référent de ce qu’est la verticalité autour de laquelle le corps se meut.

Ainsi si la référence des appuis sur le sol est importante, notre tête joue un rôle essentiel dans la construction de notre verticalité.

Pour en savoir plus: Alain Berthoz, Le Sens du Mouvement, Odile Jacob, Sciences

L’image est extraite du livre d’Alain Berthoz