Le conte du colibri: je fais ma part

D’où vient ce conte ? Qui peut le dire?

Mais l’histoire est trop belle pour ne pas la répéter tant elle revient l’attitude Aïki qui cherche non seulement à plus de paix en soi mais aussi avec les autres et contribuer ainsi à un monde plus solidaire, dans l’écoute et le respect.

colibriUn immense incendie ravage la jungle.
Affolés, les animaux fuient en tous sens.
Seul un colibri, sans relâche,
fait l’aller-retour de la rivière au brasier,
une minuscule goutte d’eau dans son bec,
pour l’y déposer sur le feu.
Un toucan à l’énorme bec l’interpelle :
“tu es fou, colibri, tu vois bien que cela ne sert à rien”.
“Oui, je sais” réponds le colibri, “mais je fais ma part”…

 

La morale de ce conte évoque le principe de kaizen ou politique des petits pas (ou changement graduel): « On peut toujours améliorer sa situation,
aussi dramatique soit-elle, en faisant ici et maintenant les petits pas qui sont à notre portée ».
Le colibri a été choisi comme symbole du mouvement créé par Pierre Rahbi